LE MOUVEMENT E.LECLERC > L’INDEPENDANCE AU CŒUR DU MOUVEMENT

06 | 09 | 2010

L’INDEPENDANCE AU CŒUR DU MOUVEMENT

  • Ajouter aux favoris
  • Imprimer l'article
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Envoyer à un ami

Dès sa création en 1949, le Mouvement s’appuie sur quelques hommes qui, à l’image d’Edouard Leclerc, sont de véritables entrepreneurs autonomes, propriétaires de leur commerce. L’indépendance constitue dès le début la clé de voute de cette aventure humaine qui compte aujourd’hui 474 adhérents en France. A l’opposé des groupes intégrés, le Mouvement E.Leclerc revendique l’autonomie de chaque magasin et prône l’initiative individuelle au service du projet d’enseigne : rendre accessibles les biens et les services au plus grand nombre.
 

La force du Mouvement

Le Mouvement E.Leclerc est le seul groupe européen qui offre l’opportunité à de jeunes salariés de devenir propriétaires de leur magasin. Avant de devenir adhérent de l’enseigne, le collaborateur E.Leclerc doit avoir travaillé au sein du Mouvement pendant plusieurs années et occupé avec succès une fonction de directeur de magasin. Ce collaborateur doit également être parrainé par l’adhérent chez lequel il travaille puis, éventuellement, par d’autres adhérents. Cette logique de parrainage est fondamentale car elle entretient l’esprit de solidarité du Mouvement E.Leclerc. Les adhérents doivent respecter quelques règles simples qui codifient les pratiques : vendre au prix le plus bas, distribuer 25% de leurs bénéfices à leurs collaborateurs, participer bénévolement à la gestion des outils collectifs du Mouvement et adhérer aux dispositifs contractuels destinés à assurer le bon déroulement des cessions de magasins.

L’organisation du Mouvement
L’organisation du Mouvement s’articule autour de trois structures principales : L’ACDLec (Association des Centres Distributeurs E.Leclerc), qui attribue l’enseigne aux adhérents, contrôle le respect des règles de la charte de l’adhérent et définit les grandes orientations stratégiques de l’enseigne; le GALEC, qui référence les grands fournisseurs pour le compte des magasins; et 16 coopératives régionales qui assurent la fonction logistique vers les magasins, négocient avec les fournisseurs nationaux pour adapter l’offre aux spécificités de consommation de la région et qui collaborent étroitement avec des fournisseurs locaux.

Outre ces coopératives, certaines activités très spécifiques ont amené l’enseigne à créer des sociétés dédiées. C’est le cas principalement de la SIPLEC (Société d’Importation de E.Leclerc), en charge de l’achat des carburants et de l’importation des produits alimentaires et non alimentaires et de la Scamark, en charge de la conception et du développement des marques d’enseigne. Enfin, les offres spécialisées sont elles aussi pilotées par des entités dédiées, comme la Scapauto qui gère les centres d’entretien automobiles « L’Auto », ou encore la société Devinlec pour le Manège à Bijoux...

Promouvoir le commerce indépendant en Europe
L’implantation internationale des magasins E.Leclerc s’établit dans le même esprit qu’en France, qu’il s’agisse de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie de la Pologne ou de la Slovénie. La volonté de l’enseigne est de constituer un pôle de commerçants indépendants européens. Aujourd’hui, 112 magasins ont déjà vu le jour à l’étranger, représentant plus de 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Enfin, dès 2006, E.Leclerc a fondé une alliance aux côtés de quatre distributeurs indépendants européens animés d’une même vision de leur avenir : Conad (Italie), COOP (suisse), REWE (Allemagne), et Colruyt (Belgique), une alliance dont le but est d’échanger les savoir-faire, pour faire profiter les consommateurs des meilleurs produits et des meilleurs services au meilleur prix.

Sources : chiffres E.Leclerc