UN DISTRIBUTEUR EN MOUVEMENT > Culture > LA CULTURE ACCESSIBLE A TOUS, CE N’EST PAS DE LA FICTION

17 | 09 | 2010

LA CULTURE ACCESSIBLE A TOUS, CE N’EST PAS DE LA FICTION

  • Ajouter aux favoris
  • Imprimer l'article
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Envoyer à un ami

La culture fait partie de notre patrimoine universel; en tant que telle, elle est partout à sa place et doit être accessible au plus grand nombre.

C’est contre l’inégalité de l’accès à la culture que E.Leclerc part en guerre : en 1973, l’enseigne développe sa première offre culturelle à Tarbes. C’est en 1989 que E.Leclerc ouvre à Pau le premier Espace Culturel, De la proximité géographique au combat pour un meilleur prix, l’enseigne a permis à la culture d’être partout à sa place. Engagée dans ce nouveau combat pour l’accessibilité, l’enseigne disposera début 2011 d’un réseau de 200  Espaces Culturels, dont 90% sont situés dans des villes de moins de 80 000 habitants et 40% dans des communes de moins de 15 000 habitants. Cette volonté de s’implanter dans des zones peu urbanisées permet de lutter contre l’isolement culturel dont souffrent certains habitants. En proposant une offre culturelle accessible à tous, en termes de prix et de situation géographique.

Qui a dit que la culture n’a pas de prix?

De nombreux consommateurs sont rebutés par le prix des produits culturels. Fort de cette conviction, E.Leclerc tente de faire baisser les prix du livre, mais  se heurte à la loi Lang. Cette législation de 1981 établit un prix unique pour le livre quel que soit son circuit de distribution et plafonne à 5% le montant maximum des remises autorisées. Ne s’avouant pas vaincue, l’enseigne va lutter pendant trois ans, contre cet obstacle à l’accessibilité. Cessations de livraisons des éditeurs, procès, mises en demeure, saisies des tribunaux… rien ne lui est épargné. En 1988, la Cour d’Appel de Paris oblige finalement E.Leclerc à s’incliner devant la loi Lang, en le menaçant de 1 000€ d’amende pour chaque  livre vendu à un prix inférieur au seuil légal.

Une bataille a été perdue, mais les convictions restent intactes. Aujourd’hui, les produits culturels proposés chez E.Leclerc sont les moins chers du réseau spécialisé; il demeure aussi et surtout le dernier distributeur à continuer d’appliquer systématiquement la réduction maximale autorisée de 5% sur tous les livres.

Expositions, débats, concerts et lectures y sont régulièrement organisés, donnant au public l’occasion de rencontrer artistes et écrivains.

Rendre la culture vivante

Pour concrétiser cet engagement pour l’accessibilité de la culture, les magasins proposent un large choix de produits culturels d’actualité: jusqu’à 80 000 références de livres, 20 000 de CD et de DVD, 25 000 de jeux multimédia, des loisirs créatifs etc. Des coins lecteurs, des libraires pour conseiller et faire découvrir les nouveautés et des animations régulières contribuent à faire vivre cet espace d’échanges et de connaissances. Expositions, débats, concerts et lectures y sont régulièrement organisés, donnant au public l’occasion de rencontrer artistes et écrivains.

L’enseigne développe ainsi des partenariats culturels qui touchent différents domaines : bande dessinée, chant, récits de voyages… Les Espaces Culturels proposent également de nombreux événements culturels. Le plus important d’entre eux est le prix Landernau.

Créé en 2008 par E.Leclerc, son objectif est de faire connaître des auteurs francophones. Un jury composé d’auteurs et de libraires de l’enseigne sélectionne les talents littéraires qui les ont séduits et qu’ils aimeraient faire découvrir au public. Les gagnants bénéficient en outre d’une mise en avant en magasin grâce à des conférences, séances de dédicaces ainsi qu’une page de présentation dans le catalogue des Espaces Culturels à des moments clé de l’année (grandes vacances, période des fêtes…).